Le travail de lobbying.


La formation, l’expérience, la réflexion sur le travail social en CPAS et le contact direct avec le terrain, font que notre expertise peut être plus qu’utile pour nos décideurs.
De façon systématique, la FéWASC prend position sur des problèmes ou des politiques sociales envisagées ou effectives. 
C’est dans la défense de ces points de vue que nous pourrons, indirectement, améliorer les conditions de travail des assistants sociaux dans le concret, sur le terrain tant au niveau matériel (des bureaux garantissant la discrétion, la diminution du travail administratif par exemple) qu’au niveau qualité du travail social (comme la possibilité de faire des suivis corrects, la possibilité de prendre du recul à l’égard de la situation des personnes aidées, le respect du secret professionnel…etc…).
C’est ainsi que la FéWASC est représentée dans diverses instances d’avis ou de décisions :

  • le Comité Directeur de l’Union des Villes et Communes de Wallonie ;
  • la Commission Consultative fédérale de l’aide sociale créée au sein du SPP « Intégration Sociale » ;
  • la Commission Wallonne de l’Action Sociale et de la Santé. 

Par ailleurs, l’action de la FéWASC est menée également via :

  • des contacts réguliers avec les écoles d’assistants sociaux ;
  • un travail de concertation avec la Fédératie van Vlaamse OCMW-Maatschappelijk werkers (en abrégé, la FED) pendant flamand de la FéWASC.